Under Arrest by the Sheriff !!

Publié le par guillaume stotz


Cet article s’adresse à toutes les personnes susceptibles d’utiliser un véhicule aux Etats-Unis. En effet comme je vous le disais précédemment, les contrôles sont draconiens. Il suffit d’une légère entorse au code de la route pour être poursuivi par le sheriff et sa monture. Cela vous paraît peut-être excessif mais c’est la réalité.

Mon maître de stage m’a tout de suite informé à ce sujet, car pour me rendre à mon travail tous les matins, j’emprunte une route (Road 8) qui est particulièrement surveillée par la police. En effet cette route est aussi bien surveillée qu’une banque. Feux rouges munis de caméras et de radars, voitures de polices stationnées à différents endroits sur des parkings longeant la route et voitures banalisées. En réalité c’est une route très empruntée par les automobilistes et qui a la particularité de ne jamais avoir la même limitation de vitesse très longtemps. Ce n’est pas comme en France où souvent la ville est limitée à 50 Km/h. Cette route passe en moins d’un mile de 35 m/h à 25 m/h à 30m/h à 40 m/h autant dire qu’il ne faut pas rater un panneau et rester très concentré, car on peut vite se mélanger les pinceaux.


Mais cette route n’est pas surveillée par hasard. De part sa fréquentation et ses différentes limitations de vitesse, cette route rapporte énormément d’argent au central de police de la région. Et j’en ai été victime. Avec l’habitude on fait de moins en moins attention mais le sheriff, lui, reste à l’affût de toutes infractions (oubli de clignotant, excès de vitesse,  défaut de plaques, etc.). En me dépêchant un peu plus que d’habitude pour arriver à mon travail, je vois dans mon rétroviseur une voiture, certes très belle avec pleins de lumières dessus mais où il est inscrit sur le capot « Sheriff ». Je me range aussitôt sur le bas coté. Le sheriff arrive au niveau de ma portière quand je me rends compte que je n’ai aucun papier sur moi (pas de permis, pas de passeport, etc.). Bien sur première question de l’agent « Can I see your license please ». Deuxième question « do you have your passport? ». J’étais décomposé. Après avoir noté mon nom et vérifié mon identité dans son ordinateur, il revient vers moi. Il m’annonce que j’étais en excès de vitesse de 5 m/h, que mes plaques ne sont pas réglementaires, et que je n’ai pas de papiers sur moi. A ce moment là je me suis dit, foutu pour foutu, je vais jouer la carte du français à fond. Faire celui qui ne comprend rien du tout et qui ne sait rien dire à part « I’m french ». Après 20 minutes d’arrestation et une discussion de nouveaux nés, le sheriff me laisse partir en m’ouvrant la route et chose incroyable, sans aucune contravention. Certes j’ai eu de la chance et le sheriff était certainement dans un bon jour, mais si jamais cela vous arrive, essayez la méthode !!
   



J’ai tout de suite réglé mon problème de plaques d’immatriculation qui était dû à un contrôle anti-pollution (E-Check) non à jour. Maintenant je roule les yeux fixés sur le compteur, avec mes papiers dans la boîte à gants et « l’homonyme » de notre pastille verte collé sur ma plaque d’immatriculation.

 

Publié dans voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
avoue que tu lui a fait des yeux doux, ce que tu n as pas remarquer, c`est qu il y avait l indien des villages people derrieres.
Répondre